24 mai 2015

Master Akiyama's Fuji Sencha " Postcard Teas "

thé vert japonais sencha

Ce Sencha, commercialisé par la boutique de thés d'exception Postcard Teas, est mis en vente au prix de 9.95 £ les 50 grammes soit 27,98 € ramenés aux 100 grammes. Ce thé, issu du cultivar Yabukita, est cultivé sur les basses pentes du Mont Fuji, Mr Akiyama étant établi dans la ville de Fuji, préfecture de Shizuoka.

thé vert japonais sencha

 blog sur le thé vert

Hagi Yaki

La liqueur est d'un beau jaune trouble tirant sur le vert. En bouche, c'est l'umami qui domine une note beurrée accompagnée d'une touche typique d'herbe fraîche. L'umami et l'herbe fraîche perdurent en longueur en bouche e façon tout à fait plaisante, une note venant contrebalancer l'autre.

kyusu japonais cuit au bois blog sur la céramique contemporaine
demysteafication blog sur le thé et la céramique blogue sur le thé

L'infusion  est assez hachée, composée de morceaux de feuilles de toute taille et de morceaux de tiges, mais sans poussières d'aucune sorte.

thé vert japonais sencha

Au final,on a là un sencha parfaitement équilibré, qui sera peut être un peu trop doux aux yeux de certains amateurs de thé vert japonais, mais qui déroule bien sa partition. Ce sencha reste onéreux, mais il convient d'en relativiser le prix car celui-ci est finalement inférieur à bon nombre de "grands crus" de grands comptoirs pour une endurance et des qualités gustatives de loin supérieures.

13 mai 2015

Secrets de Tournages

La céramique de Hagi, ou Hagi Yaki, est principalement une céramique tournée, c'est-à-dire que les pièces en Hagi sont majoritairement réalisées au tour de potier. Certaines pièces sont cependant montées à la main sans tour ou sculptées, et si la majorité des potiers de Hagi fabriquent leurs pièces à l'aide d'un tour, certains on choisi une autre voie, comme Kaneta Masanao par exemple.

Le tour est sans nul doute la technique de façonnage la plus récente en matière de poterie ( même si le terme récent est ici avec, pour l'Asie, des apparitions de la poterie en Chine vers 20 000 avant notre ère ou au Japon vers 15 000 avant notre ère ... le tour, toujours pour l'Asie, faisant son apparition en Chine vers 3000 avant notre ère ). Elle est par contre la plus rapide pour produire une pièce et pour manufacturer la céramique en grande série et il faudra ainsi moins de 5 minutes à un potier pour produire une coupe large.

On pense souvent que seul le tournage est la technique artisanale de la céramique, mais l'utilisation de moules pour façonner des pièces est tout autant artisanale ( le problème étant que, dans l'imaginaire collectif, on confond les pièces montées à partir de divers avec les moules de pièces coulées en une fois à partir de moules de la céramique industrielle ), comme l'utilisation d'outils pour façonner des blocs de glaise par sculpture. De fait, le tournage n'exclut pas l'utilisation de gabarits ou d'outils destinés à aider la mise en forme, comme on peut le voir dans la série de photographies ci-dessous ...

Senryuzan kiln

céramique de Hagi

utilisation du tour de potier japonais

tour de potier au pied traditionnel

blog sur le thé et la céramique

façonnage d'un bol

blog sur le thé et la céramique

blog sur le thé

Le potier prend donc une des boules de terre préparées à l'avance, la place sur un petit tas de glaise déjà présent sur le tour, met le tour en route ( avec ses pieds ... pas de tour électrique ici ... ) et façonne la forme de base en un tour de main ... les parois montent rapidement et un gabarit aide le potier à contrôler la profondeur et la largeur voulue pour son bol ... une outil de forme en bois aide encore rapidement à aplatir la ligne générale et à former de large bords ... le bref passage d'un fil sous le pied permet de séparer ce qui était encore il y  a peu une boule de glaise du support de terre et il ne reste plus qu'à poser l'ouvrage sur une planche de bois où elle va être mise à sécher en compagnie d'autres pièces ...

... Ne reste plus qu'à finir le pied, qui va généralement être entaillé, puis à mettre l'engobe ... et à cuire ... et naturellement, à mettre en vente ... maintenant ainsi la tradition.

9 mai 2015

Collections III

blog sur le thé et la céramique

Week-end prolongé aidant, c'est l'occasion de finir la réorganisation entamée il y a un petit moment ... cette fois-ci, c'est le tour des Yunomi de sortir de leur boite ...

blog sur le thé blog sur le thé
blog sur le thé et la céramique thé et céramique
tea addict céramique de bizen

Ainsi que celui des guinomi, des tasses à thé de petite taille et autres coupes de porcelaine chinoise ...

coupe à saké

blog sur le thé tasse à thé
tea addict thé tea addict

blog sur le thé

6 mai 2015

Tai Ping Hou Kui 2014 " Terre de Chine "

blog sur le thé

Ce Tai Ping Hou Kui  est commercialisé par la Maison Terre de Chine au prix de 52 € les 100 grammes. Comme un millésime précédent de la même boutique, les feuilles sont plutôt grandes et il vaut mieux donc, dans la mesure du possible, recourir à des ustensiles adaptés pour ne pas briser les feuilles.

blog sur le thé et la céramique blog sur le thé vert chinois blog de thé

Donc, avec une théière assez grande ou un Gaiwan assez évasé, pas de souci pour infuser ce type de thé ...

blog sur le thé vert

La liqueur est d'un beau jaune pâle limpide. En bouche, un petit côté vert très légèrement fumé domine tout le long, côtoyant un côté floral qui s'estompe progressivement. Le tout est plutôt léger et d'une agréable douceur.

tea addict blog sur le thé

L'infusion est à l'image de ce thé sous sa forme sèche : elle laisse apparaitre le long travail qui a été nécessaire pour sa confection, les feuilles portant les traces du tamis sur lesquelles elles ont été aplaties.

blog de revues de thé

blog sur le thé

Au final, on a un thé très fin, plutôt onéreux mais bien structuré et très agréable, qui plus est de belle facture, ce qui lui confère un rapport qualité / prix plus qu'honorable pour un thé qui reste tout de même relativement rare.

3 mai 2015

Retour à la Maison des Trois Thés

aggrandissement M3T

De prime abord, bon nombre de choses n'ont pas changé depuis mon dernier billet sur la Maison des Trois Thés : le cadre semble toujours le même, la sonnette est toujours à l'entrée, la scène est toujours composée de copie modernes de meubles traditionnels chinois et de quelques meubles anciens, les boites à thé sont toujours à leur place, ainsi que la plupart des ustensiles proposés ou non à la vente ... j'oubliais : toujours pas de site internet digne de ce nom ou de cartes de tarifs à emporter ...

house of the three teas paris

Demysteafication : blog sur le thé et la céramique

Il faut bien avouer que, amateur de meubles vernaculaires et de meubles classiques de style Ming ou Qing, je suis sensible au charme de ce décor, à la fois désuet mais aussi résolument moderne dans ses lignes ...

Maitre tseng Yu Hui

Mais il y a eu un changement de taille, car la Maison a grignoté la cave à vins/épicerie fine/crèmerie/alimentation qui occupait une partie du rez-de-chaussée du bâtiment et cela grâce à des travaux d'envergure : percement des murs de séparation, percement du plancher de l'étage intermédiaire, percement et restructuration de la façade comme on peut le voir sur les deux photographies ci-dessous, bref des travaux coûteux, ce qui étonne plutôt pour une Maison qui serait entretenue à perte, mais passons ...

blog sur le thé
Photographie © Google Inc.

Fabien Maïolino, directeur de la Maison des Trois Thés
Photographie © Google Inc.
L'espace ainsi gagné a permis de disposer quelques tables et de présenter quelques produits de plus ... dont une gamme de confitures à pots numérotés ...

Fabien Maïolino, directeur de la Maison des Trois Thés

1 mai 2015

Kuro Raku : cuisson traditionnelle ou cuisson moderne ?

kintsugi sur raku

Les Kuro Raku ou Raku noirs sont certainement parmi les Chawan les plus onéreux hormis quelques œuvres de grands noms. J'avais déjà expliqué que le processus de fabrication variait entre les Kuro Raku et les autres couleurs de Raku et que cela expliquait cette différence de prix ...

Mais on trouve également des Raku de couleur noire qui n'ont pas été fabriqués selon le processus originel, mais suivant le processus habituellement utilisé pour produire les Aka Raku, les Raku de couleur rouge.

Ce processus différent repose sur l'application d'une couverte qui va donner une couleur noire sans passer par le processus de refroidissement violent. Il n'y a pas là à proprement parler forcément de volonté de tromper de la part du potier qui produit de telles pièces, mais comme les Kuro Raku ont les faveurs des collectionneurs, certains vendeurs, par ignorance ou par manque de scrupules affichent souvent de tels Chawan aux mêmes prix que des Raku noirs réalisés de façon traditionnelle.

On peut donc se demander comment faire la différence, dès lors, entre un Chawan Kuro Raku cuit de façon traditionnelle et une copie plus abordable réalisée selon des méthodes plus modernes ... Tout simplement en relevant certaines traces ...

La trace la plus simple à relever, en général, est la trace de la pince qui a servi à sortir la pièce du four pour la plonger dans l'eau. Celle-ci va en effet laisser une trace plus ou moins visible sur la paroi externe du bol ... petit florilège :

kintsugi sur chawan raku kintsugi sur chawan raku
kuro raku chawan chanoyu et raku
vrai raku traditionnel vrai raku japonais

La taille de la marque varie suivent la taille de la pince utilisée par l'artiste, suivant la manière dont a été saisie la pièce, ..., mais elle est toujours présente et marque toujours la couverte car elle résulte de la seule opération possible pour extraire la pièce brûlante du four en fonction.

La même pince va laisser, à l'intérieur du Chawan, un autre marque, celle de son autre bras ... Celle-ci est en règle générale plus petite, mais est bien là ... on a donc toujours deux traces qui résultent de l'utilisation d'un outil d'acier pour l'extraction du bol.

chawan en raku noir

chawan kuro raku

L'autre signe est une couverte à la fois brillante et mate, lorsque la couverte est relativement fine, qui donne l'impression d'être marquée par la porosité et qui est constellée de trous minuscules sur toute sa surface. Cela est causé par l'argile utilisée mais aussi par le processus violent de refroidissement.

le vrai raku japonais

le vrai raku japonais

Pour les Kuro Raku "modernes", la glaçure appliquée est d'abord plus épaisse et un plus vitrifiée, donc plus brillante, même si des trous dû à la porosité de l'argile, beaucoup moins nombreux, apparaissent çà et là. On ne retrouve pas de traces de pinces puisque les pièces ont été mises à cuire et on été laissée à refroidir dans le four, la couleur étant obtenue grâce à une autre composition.

raku kichizaemon chawan en raku moderne

kintsugi et gintsugi sur raku

La couverte appliquée sur les Kuro Raku, cuits de la même manière que les Aka Raku, est donc différente et cela se ressent notamment au toucher, beaucoup plus lisse, là où il sera plus rugueux avec un Raku noir "traditionnel", et cela, pour ces derniers, même pour les parties où la couverte a été épaissie et est plus lisse que le reste du corps, comme sur l'exemple ci-dessous.

le vrai raku japonais

Ces techniques différentes n'enlèvent rien aux deux types de cuisson, car on peut considérer que ce sont là deux types d'objets différents tant ils le sont au toucher et à l’œil, même si leur destination est la même. Il s'agit juste de pouvoir appréhender ce que l'on a en face de soi, car la technique traditionnelle de production des Raku de couleur noire est beaucoup plus difficile à maîtriser et engendre beaucoup plus de casse.

Les chawan issus des deux modes de cuisson se rejoignent cependant sur un point, très commun aux Raku japonais de toutes sortes, c'est la fragilité de la fixation de leur couverte et la relative fragilité de leur structure, qui fait que l'emploi de ce type de pièces fait souvent appel au Kintsugi ou que de tels objets, quand ils sont anciens et qu'ils ont été utilisés, portent fréquemment des Kintsugi.

réparation à la poudre d'or kintsugi sur chawan kuro raku