29 octobre 2014

Exposition Hokusai au Grand Palais - premier volet

Katsushika Hokusai

Du 1er octobre au 20 novembre de cette année, se tient le premier volet d'une exposition d'envergure internationale au Grand Palais. Cette importante exposition, consacrée à l'artiste japonais le plus connu du grand public, semble d'ailleurs d'ores et déjà connaitre un important succès populaire, comme toujours pour les expositions de premier plan.

Pourtant, les œuvres d'Hokusai ont été largement publiées sur tous les supports modernes et il est facile de se procurer, dans presque toutes les langues, des ouvrages d'érudition présentant son œuvre de façon exhaustive. De la même manière, l'éventuelle absence de circulation future de certaines des œuvres actuellement présentées au Grand Palais n'est pas non plus un argument de poids, tant la profusion des œuvres attribuées à Hokusai est importante au sein des collections publiques et privées un peu partout dans le monde du fait de son mode d'expression artistique privilégié, à savoir l'estampe, qui permet donc une reproduction relativement prolifique de la même œuvre et, sauf accident notable pour les bois gravés qui servent de matrice de reproduction, sur une longue période.

Mais le fait est que voici une occasion rare de pouvoir découvrir, en un seul endroit et presque en un seul moment une telle palette d’œuvres de cet artiste. En effet, habituellement réparties dans divers musées et collections privées comme je l'ai déjà écrit, ces œuvres ne sont visibles à chaque fois qu'avec parcimonie, pour des raisons d'éloignement les unes des autres, nécessairement, mais aussi pour des raisons de conservation, les estampes étant généralement imprimées sur du papier très fin et relativement fragile. Cette exposition est donc un évènement unique par son ampleur, la diversité des œuvres et des supports présentés et par la facilité d'accès qu'elle offre à l’œil, ce qui fait que l'amateur d'art japonais, ou d'art asiatique en général, se doit de ne pas la rater.

Katsushika Hokusai
Katsushika Hokusai (1760 - 1849), Minamoto no Tametomo. Kakemono datant de l'Ère Bunka, an VIII (1811),
dernier jour du dernier mois. Photographie © The British Museum

En ce qui concerne plus particulièrement la céramique et le thé, ces deux éléments sont abordés de façon relativement secondaire dans l’œuvre de Hokusai, comme élément de décor dans ses scènes réalistes et en particulier dans ses scènes d'intérieurs, la céramique et le thé faisant partie de l'environnement quotidien.

Il y a cependant quelques exceptions notables où la céramique et le thé deviennent un sujet à part entière, comme le montre l'estampe sur La céramique de Soma de la série Suite de chevaux, où l'artiste utilise avec avantage la tradition céramique de la région de Soma pour intégrer un cheval dans son illustration :

hokusai céramique
Photographie © Université Wisconsin-Madison
Le talent d'Hokusai est également d'utiliser ces objets usuels pour les réinterpréter et leur donne parfois même une connotation fantastique, comme pour l'estampe du Manoir aux assiettes, dans laquelle le corps du fantôme représenté est constitué de porcelaine de style Imari :

Manoir aux assiettes cent contes de fantômes, porcelaine imari
Katsushika Hokusai (1760 - 1849) « Manoir aux assiettes » 
Extrait de la série : Cent contes de fantômes. Ère Tempō, vers l’an II ou III (vers 1831-1832)
Estampe nishiki-e, format chūban. Photographie © Museum für Kunst und Gewerbe, Hambourg

Enfin, toujours dans le registre concernant le thé, on pourra également admirer au Grand Palais un petit ouvrage étonnant et qui ne paie pas de mine, intitulé Sencha Tebiki no Tane, c'est-à-dire Manuel d'initiation à la pratique du thé en feuilles, de Toryuken Yamamoto Shujin et illustré par Hokusai.

Manuel d'initiation à la pratique du thé en feuilles
Photographie © Université Waseda

Vous l'aurez compris, il ne faut sous aucun prétexte passer à côté du premier volet de cette exposition, tout comme il ne faudra pas non plus passer à côté de son deuxième volet, qui se tiendra, lui, du 1er décembre au 18 janvier 2015, après une période de relâche pour permettre la rotation des œuvres.

26 octobre 2014

Yuzamashi

boite chinoise ancienne

Voici un accessoire pour la préparation du thé typiquement japonais. Il ne sert qu'à une seule chose : refroidir l'eau sortant bouillante de la Tetsubin ( donc dans les 95° Celsius ) pour lui faire atteindre les températures plus faibles utilisées pour l'infusion des thés japonais ( 60° Celsius à 75° Celsius en général ). Cette eau refroidie est ensuite versée dans le Kyusu pour l'infusion du thé, le thé une fois infusé n'étant pas reversé dans le Yuzamashi mais directement dans des tasses.

Pour connaitre la température atteinte par l'eau après  avoir directement versé l'eau dans le Yuzamashi, mieux vaut, au cours des premières utilisations et si l'on veut connaitre précisément le refroidissement atteint, utiliser un thermomètre car chaque ustensile va réagir différemment et donner sa gamme de température - je parle de " gamme " car il peut y avoir de micro-différences -, contrairement à ce que l'on peut parfois lire à droite et à gauche.

Le processus de refroidissement, lui, est par contre très simple. Il suffit de verser l'eau bouillante dans le Yuzamashi pour que le contact avec la terre, plus froide que l'eau, absorbe une partie de cette chaleur et fasse donc baisser celle de l'eau ...
 
Yuzamashi

En conséquence, cela veut aussi dire que le Yuzamashi va monter en température et que, dès lors, sa prise en main risque d'être problématique en fonction de sa forme, sa structure et de l'épaisseur de ses parois ... Plus un Yuzamashi sera fin, plus ses parois absorberont rapidement la chaleur et plus il la dissipera également plus rapidement tout en étant par conséquent difficile à prendre en main. Un Yuzamashi avec des parois épaisses aura tendance à refroidir l'eau rapidement après la verse, mais dissipera relativement moins bien la chaleur ensuite.

Yuzamashi

Naturellement, il existe toutes tailles et toutes formes de Yuzamashi, car il existe toutes formes et toutes tailles de Kyusu et de Tetsubin ... On se laissera donc guider par l'envie du moment ou par la matière pour faire son choix si l'on veut en acquérir un ... Ou on peut se concentrer sur deux ou trois aspects techniques destinés à faciliter la vie de l'utilisateur en facilitant la prise en main de l'instrument ... ou au moins destinés à réduire les risques de brûlures ...

Des bords hauts relativement marqués et courbés :

Yuzamashi Hagi yaki

Des bords hauts plus épais :

céramique japonaise japanese ceramic

Des "pastilles" de céramique de toutes tailles sur les côtés :

ustensile pour le thé du japon

Bien entendu, tous ces aménagements fonctionnent plus ou moins bien selon les cas, des pastilles de céramique bien proéminentes et des bords hauts taux aussi proéminents étant les aménagements les plus efficaces pour se prémunir contre les effets d'un eau très chaude ...

A l'origine, le Yuzamashi était un instrument indispensable pour la préparation du Sencha, car n'oublions pas que l'eau courante au robinet qui plus est exempte de bactéries néfastes pour l'être humain est une invention relativement récente dans l'histoire de l'humanité ... Aujourd'hui, avec les bouilloires électriques réglables à la dizaine de degrés près, quand ce n'est pas au degré près, et à l'absence de nécessité de faire bouillir l'eau quelques minutes avant de pouvoir la consommer, cet accessoire a donc perdu de son utilité en tant qu'ustensile de refroidissement. Il peut cependant servir de récipient pour "égaliser" une infusion avant de la répartir dans différentes tasses, ou encore, dans le cas des thés du Japon en particulier, mais aussi de tout thé charriant un certain nombre de débris, servir à "décanter", comme un filtre, les morceaux de feuilles plus ou moins importants ... pour ce dernier emploi, la forme en " creuset ", en photographie directement ci-dessus, qui fonctionne parfaitement pour cet usage.

Hagi, Bizen, Arita, Tetsuaki Nakao, Yamane Seigan, Shibuya Deishi, ancienne boite chinoise, antiquité chinoise, boite chinoise ancienne, meuble chinois ancien

24 octobre 2014

Sencha " Marufuji "

Lapin Hagi yaki

Ce sencha de la marque Marufuji est commercialisé pour 5,20 € les 100 grammes par l'épicerie Kioko. La marque Marufuji appartient à la Yoshikawa Corporation, qui exporte divers types de produits d'épicerie japonaise en collaboration, pour la France, avec la société Kioko.

thé vert japonais

La liqueur est d'un jaune bien marqué, légèrement trouble. Cela ne correspond donc pas vraiment à l'emballage de ce "fancy sencha " ...

kyusu taisuke Shiraiwa

Au nez, l'ensemble est peu expressif, évoquant légèrement des notes beurrées et un peu plus faiblement encore l'herbe fraichement coupée.

En bouche, c'est encore relativement inexpressif, avec une dominante d'herbe fraîche et de beurre, la liqueur étant un peu grasse avec une pointe d'amertume. Sur le plan de l'endurance, celle-ci est assez faible et ce thé s'essouffle nettement dès la deuxième infusion.

japanese green tea

On retrouve dans l'infusion des feuilles hachées de toutes tailles ainsi que quelques feuilles qui roulées qui semblent bien entières.

Au final, on a là un thé " de soif ", peu cher mais également peu complexe, idéal pour une consommation quotidienne à moindre frais. Il possède de plus un rapport qualité / prix relativement imbattable, et malgré son endurance relativement faible, il n'a pas à rougir face à d'autres sencha de comptoirs connus vendus, eux, à deux ou trois fois son prix ... 

23 octobre 2014

Musée Uragami

mingqi boeuf et char

Situé à trois pas de la mairie de la ville de Hagi, le Musée Uragami a été ouvert en 1996 et porte le nom de Mr Toshiro Uragami, dont la collection personnelle est présentée ici, et qui a souhaité donner à sa ville natale un musée d'envergure nationale destiné non pas seulement à montrer au public les œuvres du passé, mais aussi à promouvoir la céramique contemporaine.

Hagi Uragami Museum
Photographie © Hagi Uragami Museum

De construction résolument contemporaine, le bâtiment a été initialement conçu par Kenzo Tange, qui a également été l'architecte du Musée Départemental des Arts Asiatiques de Nice, de l'immeuble "Grand Écran" de la place d'Italie, de la banque de Shanghai ou du siège du gouvernement métropolitain de Tokyo. En 2010, un "pavillon" supplémentaire est ajouté pour accueillir plus spécifiquement les pièces de céramique contemporaine.

Musée Uragami de Hagi

L'ensemble forme un espace résolument ouvert sur l'extérieur, ce qui permet notamment d'exposer des sculptures monumentales dans les espaces clos extérieurs, mais qui entraine également le visiteur dans des espaces où règne la pénombre dans un constant jeu entre l'ombre et la lumière.

Hagi Uragami Museum
Photographie © Hagi Uragami Museum

La grande galerie du premier étage permet de donner une grande vitalité à cet espace en lui offrant la place de mettre en scène des expositions temporaires d'importance ou de faire tourner les collections dont l'exposition pose des problèmes de conservation du fait de leur fragilité, comme pour les estampes, par exemple.

Musée Uragami de Hagi
Photographie © Hagi Uragami Museum

Naturellement, comme souvent dans les musées privés, les photographies sont interdites, pour des questions de droits d'image, mais aussi de conservation. Ici, seuls quelques rares espaces et quelques œuvres peuvent être prises en photographie.

Hagi Uragami Museum Hagi Uragami Museum

Les collections actuelles sont d'ampleur et comptent 5200 estampes ou Ukiyo-e, 500 céramiques chinoises et coréennes, mais aussi quelques pièces venant des pays du golfe persique, et plus de 750 œuvres de céramique japonaise moderne ou contemporaine, avec une politique d'acquisition qui semble se poursuivre dans le domaine de la céramique japonaise contemporaine.

Hagi Uragami Museum
Porcelaine Coréenne, Dynastie Joseon. Photographie © Hagi Uragami Museum
Heterophony3
Akiyama Yo, Heterophony3, grès, 2007. Photographie © Hagi Uragami Museum
Hagi Uragami Museum
Katsushika Hokusai, Sept occupations de Jeunes femmes : La longue-vue.
 Photographie © Hagi Uragami Museum
Hagi Uragami Museum
Kitagawa Utamaro, Naniwa-ya Okita. Photographie © Hagi Uragami Museum
 
Hagi Uragami Museum
Miwa Jusetsu (Kyusetsu 11th), Chawan, 'Inochi-no-kaika', grès, céramique de Hagi de type Oni-hagi, 2003. Photographie © Hagi Uragami Museum

17 octobre 2014

Matcha "Ujien Co Ltd "

boite en papier washi

Commercialisé par la firme Ujien, ce matcha est conditionné par sachet hermétique de 20 grammes protégé par une petite boite métallique décorée de papier washi ou "papier japonais ", joli petit cadeau à lui seul, avec ses fleurs de sakura multicolores et ses petites feuilles vertes ... art immémorial s'il en est que celui de l'emballage au Japon ...

raku et matcha - maccha

Au nez, tout d'abord, rien de particulier, mise à part l'odeur particulière du matcha, qui dégage à la fois un peu d'amertume et quelques d'embruns ...

fenêtre japonaise

Ce matcha est très fin, très léger en bouche, avec une attaque amère qui disparaît de suite pour laisser la place au goût "commun" de poudre de thé matcha avec une dominante des notes marines que sont les algues et l'iode. La longueur en bouche voit le retour de l'amertume, présente mais non envahissante, qui vient finalement coiffer l'ensemble.

bonsai pin japonais

12 octobre 2014

Blogs : cuvées supplémentaires ...

lanterne en papier washi

Cela faisait un moment que je ne m'étais pas attelé à la tâche d'exploration de liens divers pour parfois exhumer des blogs sur le thé décédés avant de les avoir connu ... ce petit travail de "recensement" s'est d'ailleurs accompagné d'une mise à jour des liens postés précédemment ...

TeamTeaAddicts

Naturellement, comme toujours, l'occasion sert aussi à copieusement illustrer ce billet de photographies diverses et variées pour le plus grand plaisir de remplir l'espace de stockage fourni par Google et lié à ce blog ...

tea addict

Voici donc de nouveaux blogs fraîchement apparus ... ou moins fraichement apparus et sur lesquels j'ai mis le bouton de souris au fil de mes pérégrinations ou qui n'avaient pas été cités dans mes précédents billets sur le sujet ...

addict tea team








http://culot-the.com/ ( 2013 - ... )

http://lautrethe.wordpress.com/ ( 2013 - ... )

http://drinkingteas.blogspot.fr/ ( 2014 - ... ) : En anglais

http://teeinhamburg.wordpress.com/ ( 2013 - ... ) : En allemand

http://yemin-tea.blogspot.fr/ ( 2009 - ... ) : En allemand

http://www.liumulan.com/ ( 2011 - ... ) : En polonais

http://madtealibrary.blogspot.fr/ ( 2012 - ... ) : En polonais

http://teekunst.blog.de/ ( 2012 - ... ) : En allemand

http://www.der-teeist.de/ ( 2013 - ... ) : En allemand

http://unetassedeserenithe.hautetfort.com/ ( 2011 - ... )

http://deathbytea.blogspot.fr/ ( 2014 - ... ) : En anglais

http://bulledethe.com/ ( 2010 - ... )

http://mondeduthe.com/moodhumeur/fr/ ( 2011 - ... )

http://oolongowl.com/ ( 2013 - ... ) : En anglais

http://www.humanithe.fr/blog/ ( 2010 - ... )

http://thedebonpoil.wordpress.com/ ( 2013 - ... )

http://someteawith.me/ ( 2012 - ... ) : En anglais

http://sencha-ki.blogspot.fr/ ( 2014 - ... ) : En polonais

http://mao-cha.blogspot.fr/ ( 2012 - ... ) : En polonais

http://zeroteazen.wordpress.com/ ( 2013 - ... ) : En allemand

http://www.tee-tagebuch.de/ ( 2009 - ... ) : En allemand

http://herbatawroclaw.blogspot.fr/ ( 2014 - ... ) : En polonais

http://the-tea-notes.blogspot.fr/ ( 2014 - ... ) : En polonais

http://cappy-bara.blogspot.fr/ ( 2013 - ... ) : En polonais

http://cha-herbata.blogspot.fr/ ( 2012 - ... ) : En polonais

http://slubnaherbata.blogspot.fr/ ( 2013 - ... ) : En polonais

http://dansmatheiere.blogspot.fr/ ( 2013 - ... )

http://www.monarmoireathe.com/ ( 2014 - ... )

http://teadb.org/ ( 2013 - ... ) : En anglais ...

http://argumenthe.over-blog.com/ ( 2014 - ... )

Team Tea Addicts

A vous de cliquer maintenant ...

#TeamTeaAddicts

11 octobre 2014

Long Jing Impérial " Palais des Thés "

assiette shino

Reçu comme échantillon et vendu au Palais des Thés pour 19 € les 100 grammes, ce Long Jing Impérial dégage, sous sa forme sèche des odeurs d'herbe en cours de séchage avec une pointe d'anis et de peau sèche d'orange amère.

gaiwan ou zhong bateau à thé ou plateau à thé
porcelaine de chine tasse chinoise à couvercle

La liqueur, d'un jaune doré légèrement trouble, est assez inexpressive, rappelant surtout la verdure, avec de très légères touches d'amandes amères. Le tout donne une liqueur assez plate, avec une légère amertume résiduelle en longueur en bouche.

thé vert chinois

L'infusion est très inégale, sans aucune uniformité, avec beaucoup de brisures de toutes sortes, des feuilles entières de toutes les tailles, des bourgeons, des bourgeons avec une feuille, des bourgeons avec deux feuilles, mais aussi des brindilles sans feuilles ...  Le tout semble donc trahir une cueillette peu soignée, réalisée à la va-vite ...

En conclusion, voici là un thé pour lequel je suis ravi de n'avoir pas déboursé un cent et qui n'a, et de loin, rien d'impérial. On ne pourra d'ailleurs que se féliciter de ne pas vivre à l'époque des empereurs de Chine, où une telle usurpation de la qualité impériale aurait sans aucun doute été punie de mort ...

5 octobre 2014

Le Dragon et la Perle

le dragon et la perle kyo yaki

Le Dragon est très souvent présent sur toutes sortes d'objets dans l'art asiatique. Le Dragon est avant tout le symbole de l'empereur, qui tient son mandat des forces célestes. C'est également une puissance qui, si elle peut se révéler posséder une formidable force destructrice, est avant tout une force protectrice. Cette force hors du commun est représentée par les deux barbillons qui symbolisent également la longévité et soulignent donc son immortalité.

vase chinois en bronze lanterne chinoise ancienne en bois

snuff bottle bouteille chinoise à priser

Le Dragon est ainsi souvent représenté volant dans le ciel, semblant surveiller ce qui se passe sur terre, en-dessous de lui, ou montant un peu plus haut dans le ciel, que ce dernier soit stylisé ou représenté de façon plus réaliste.

Bouteille à tabac à priser chinoise snuff bottle

Le Dragon se tient ainsi généralement au-dessus des flots, au milieu ou au-dessus des nuées, n'ayant pas peur des éléments déchainés comme la foudre, symbole relativement commun de la puissance céleste, représentée sous la forme de vagues de feu dans le ciel.

dragon brûle parfum de style bizen dragon brûle parfum de style Hagi

La Perle, elle, que le Dragon chasse, tient d'une symbolique plus compliquée. Le sens le plus commun est que cette perle enflammée possède une essence sacrée qui transmet son pouvoir au Dragon. Elle serait également la représentation de la sagesse, le Dragon, symbole de l'empereur, étant alors celui qui dirige son empire avec sagesse. Mais cette Perle pourrait aussi symboliser le Soleil, la Lune et la Foudre ou une combinaison de ces trois éléments, et servirait ainsi à rappeler que le Dragon est un animal cosmique. Là encore, on retrouve un lien avec l'approbation que les forces célestes conféreraient à l'empereur, régnant au nom du Ciel.

Les Lettrés chinois aimant jouer sur les symboles et plus encore sur les homophonies, la Perle représenterait également l'Araignée, les deux mots se prononçant "Zhu". C'est ici que la symbolique se complique nettement. L'Araignée est en effet un symbole bénéfique qui mange les insectes nuisibles et donc les forces néfastes, qu'elle fait par ailleurs fuir. Mais l'Araignée est la proie des lézards et donc, par extension, des Dragons. Dès lors, le Dragon qui pourchasse la Perle/Araignée devient une protection contre les forces néfastes qui auraient été avalées par l'Araignée.

dragon bouche de fontaine japonaise

Quoi qu'il en soit, le Dragon ne possède pas le caractère néfaste qui lui est associé dans les légendes occidentales et est avant tout un protecteur, qu'il soit représenté sur la structure d'une lanterne destinée à être accrochée au-dessus des têtes, sur des flacons destinés à contenir l'un ou l'autre produit de soin, qu'il évolue parmi les volutes de fumée sortant d'un brûle-parfum ou encore qu'il dispense de l'eau lustrale dans un temple.

brûle parfum japonais en forme de dragon