31 janvier 2016

Percival David Foundation of Chinese Art

collection de céramique chinoise

L'ouvrage Percival David Foundation of Chinese Art. A Guide to the Collection, par Stacey Pierson est une présentation de la fameuse collection de céramique chinoises de Sir Percival David avant que celle-ci ne rejoigne une galerie spécialement consacrée au British Museum.

Percival David Foundation of Chinese Art London
Deuxième étage de la collection en 1974. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art

L'ouvrage présente ainsi une vision de ce que pouvait être l'ancienne présentation de la collection dans le bâtiment qui lui était réservé au sein de l’Université de Londres où elle était exposée à des fins d'étude depuis 1952 au 53 Gordon Square.

53 Gordon Square London
Bâtiment abritant la collection au 53 Gordon Square. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art

Par bien des égards, cet ouvrage est plus complet que certains qui ont été édités depuis le transfert de la collection, comme l'ouvrage de Regine Krahl et Jessica Harrison-Hall, qui s'intéresse plus à une approche de certaines pièces sélectionnées mais qui laisse certains pans de la céramique chinoise dans l'ombre.

Collection de céramiques anciennes chinoises
Une partie de la collection au deuxième étage. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art

Naturellement, l'ouvrage fait aussi la part belle à certaines pièces célèbres comme la fameuse "coupe aux poulets" d'époque Ming, qui sont emblématiques de la collection.

Percival David Foundation of Chinese Art
Coupe aux poulets de style Doucai, époque Ming. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art
chicken cup Ming
Coupe aux poulets de style Doucai, époque Quing. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art
 
Mais le présent ouvrage privilégie surtout une approche par période, présentant plus de pièces pour offrir une vision globale de l'évolution de a céramique chinoise, comme le montre le sommaire de l'ouvrage.

blog sur la céramique
De gauche à droite : céramique Ding des Song Du Nord, céramique Jian de la Dynastie Song et bol à taches d'huile du Henan des Song du Nord. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art

Sommaire détaillé

 Remerciements

Introduction : Sir Percival David

La Fondation et son histoire

La Collection

Carte des fours

Chronologie

Les premiers grès : 3ème - 10ème siècle

La Dynastie Song : 960 - 1279

La Dynastie Yuan : 1279 - 1368

La Dynastie Ming : 1368 - 1644

La Dynastie Qing : 1644 - 1911

Commentaires des illustrations

Bibliographie choisie

Glossaire des céramiques chinoises

porcelaine ancienne chinoise
Cinq coupes au décor de bleu sous couverte, Dynastie Ming. Photographie © Percival David Foundation of Chinese Art

24 janvier 2016

Matcha " Obubu " Premium Grade

chanoyu

Voici un matcha produit par la firme Obubu basée à Wazuka, district de Sorakun, dans la préfecture de Kyoto. Pas de prix d'achat à donner vu qu'il s'agit d'un échantillon offert par un marchand d'objets pour le thé sans autres indications que celles que l'on peut trouver sur le paquet. Mais avec une petite recherche sur le site du producteur, j'ai rapidement trouvé plus d'informations. Il s'agit donc d'un matcha destiné aux boissons diverses et à la cuisine, vendu à 23 € les 100 grammes, issu du cultivar Yabukita, cultivé à l'ombre pour augmenter la chlorophylle, qui est habituellement destiné à produire des Sencha.
 
obubu tea farms kyoto

Donc un Matcha de cuisine et non pas un Matcha de cérémonie ... Alors pourquoi faire un test de dégustation ? Tout d'abord parce que l'échantillon est assez important en terme de poids, puisqu'avec ses 10 grammes bien pesés, je peux réaliser un Koicha et un Usucha, ce qui est parfait pour un test. Ensuite, parce que bien souvent, dans nos contrées les matcha que l'on trouve dans bon nombre de comptoirs sont des reconditionnements aux mentions un peu vagues et qu'il n'est jamais inutile de se former le palais, quelle que soit l'expérience accumulée au fil du temps. Enfin, parce que la frontière entre le Matcha de cérémonie et le Matcha de cuisine est bien souvent plus ténue que l'on peut le croire ...

blog sur le thé

Le Koicha ainsi préparé ne développe qu'une légère amertume au départ, ce qui est plutôt bon signe, et on ressent même rapidement l'Umami accompagné de notes de légumes cuits.

tea blog

L'Usucha quand à lui, développe un peu plus d'amertume de prime abord, qui s'estompe rapidement et c'est ensuite les notes plus herbacées qui dominent. L'Usucha est donc un peu plus décevant que le Koicha.

En conclusion, voici un Matcha de cuisine bien supérieur à bon nombre de choses que l'on peut trouver dans nos contrées et au moins égal à d'autres.

13 janvier 2016

Utsushi : Inspiration, révérence, copie ou surpassement ?

kuro raku

Le terme japonais Utsushi est difficile à traduire et plus encore à comprendre pour la sphère occidentale, car tenant d'un mode de pensée différent pour ne pas dire totalement opposé en réalité ...

En occident, une copie est une copie, c'est-à-dire qu'elle n'est en aucun cas l’œuvre de tel ou tel maître et, si elle est délibérément vendue comme telle, elle devient même un faux. La marge qui sépare la copie du faux est même si infinitésimale que les deux termes recouvrent une même réalité dans le vocabulaire usuel. En bref, l'idée qui est sous-entendue, c'est que la qualité de telles pièces est intrinsèquement inférieure.

Le terme Utsushi peut ainsi être traduit par les mots copie, reproduction, mais aussi par les mots appropriation, démonstration, émulation, description, dépiction, projection, inspiration, attribution, ..., mais en réalité, le terme Utsushi recouvre tous les mots précédents et tient plus du concept complexe.

Pour commencer à saisir plus facilement ce que recouvre l'Utsushi, il faut se servir de ses yeux et du toucher, et laisser de côté la traduction des signes japonais ainsi que la sigillographie ... 
 
kuro raku kuro raku

Ci-dessus, un bol en Raku portant le signe utilisé par Ryonyu Kichizaemon IX, pour les céramiques qu'il a exécutées après qu'il ait transmis son titre à son successeur, Tannyu Kichizaemon X.

signature ronyu raku

Le sceau est bien là, plutôt bien détaillé et propre, le chawan est bien un vrai Kuro Raku, il est d'excellente facture et bien équilibré, avec une légère décoloration de la glaçure qui tire vers le rouge au bord d'une petite partie des lèvres du Chawan ... est-ce réellement l’œuvre de Ryonyu ? On peut en douter ... est-ce une œuvre sans valeur ? Pas du tout, elle surpasse même bon nombre d’œuvres plus anciennes.

hon'ami koetsu chawan

Ci-dessus, deux œuvres connues, peut être les deux Chawan les plus connus. A gauche, le célèbre Fuji-san créé par Hon'ami Koetsu au XVIIème siècle et le non moins célèbre Omokage, créé par Chojiro au XVIème siècle ... réellement ? Bien sûr que non ...

fujisan chawan
Chawan Fuji-san, par Hon'ami Koetsu. Photographie © Musée des Arts Hattori

Le Chawan Fuji-san est conservé au Musée des Arts Sunritz Hattori à Suwa, tandis que le Chawan Omokage fait partie de la collection Machida Shuha et est en dépôt au Musée Raku à Kyoto ...

Omokage chawan
Chawan Omokage par Chojiro, fondateur de la lignée Raku. Photographie © Musée Raku

Aucune chance de se tromper donc, et revendre une copie de ces œuvres comme originales est tout bonnement impossible ... alors pourquoi réaliser des images de telles œuvres ? Eh bien pas seulement pour le plaisir de pouvoir toucher des pièces du même genre ou utiliser des pièces quasi identiques.

sasaki shoraku utsushi

Le but de l'Utsushi est en effet avant tout de permettre un dialogue entre un artiste actuel et un maître du passé, pas simplement dans le but de l'imiter, mais d'apprendre, pour qui sait voir, ce qu'il peut transmettre à travers les œuvres qui sont parvenues jusqu'à nous. L'Utsushi entraine une sorte d'émulation, en essayant de reproduire une technique et une forme dans le but de la dépasser, d'arriver à faire mieux. Le passé est ainsi lié au présent par ce qu'il transmet, mais aussi au futur par ce qu'il va permettre de faire par la suite. L'élève est ainsi amené à dépasser le maître s'il en a la capacité, mais le maître n'en est pas pour autant oublié et reste même vivant à travers l'élève.

kuro raku chawan

C'est là un trait souvent oublié en occident ou l'on pense souvent à tord qu'originalité est un synonyme de talent : la copie n'est pas nécessairement servile mais permet de réaliser des pièces qui surpasseront ce qui a été réalisé précédemment.

blog sur le thé et la céramique asiatique

L'Utsushi est ainsi une composante essentielle  dans l'art japonais mais aussi plus largement dans l'art asiatique et cela quel que soit le domaine artistique envisagé, et la réalisation d'une copie parfaite est un moyen pour l'apprenti d'arriver à la maîtrise ou pour un artisan chevronné de continuer à apprendre et de continuer à se surpasser, raison pour laquelle il faut notamment toujours se méfier des signatures, qui ne sont jamais un moyen fiable d’authentification d'une céramique, quelle qu'elle soit.

blog sur le thé

Les Utsushi sont ainsi très présents dans la céramique, dans la voie du thé et plus encore dans les ustensiles de la cérémonie du thé, pour permettre de mettre en œuvre le Chanoyu, ou plutôt son esthétique, comme vu par tel ou tel maître de thé, ce qui n’exclus pas pour autant les réinterprétations et les modifications.


kuro raku chawan

2 janvier 2016

Au bord du ruisseau. Céramiques du Samouraï - Homme d'Etat HOSOKAWA Morihiro

espace mitsukoshi étoile paris

Publié en 2010, ce catalogue présente les œuvres créées pour la cérémonie du thé créées par Hosokawa Morihino ( 1938 - ... ), ancien Premier Ministre du Japon et descendant de la longue lignée du clan Hosokawa.

chawan Hosokawa Morihiro
Bol à thé en grès Raku blanc, 2007. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

Largement illustré, le catalogue présente ainsi de nombreuses céramique réalisées par Hosokawa Morihiro, dans de nombreux styles différents, comme le Raku, le Shino, le Shigaraki ou encore le Karatsu. Mais il présente également les nombreuses réalisations dans le domaine de la calligraphie, de la laque, des objets en bambou et même des céramiques architecturales qui vont venir habiller le jardin autour du pavillon de thé.

Hosokawa Morihiro
Plat rectangulaire en grès Karatsu de style Chosen, 2007. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

Sommaire détaillé :

Histoire de la famille Hosokawa

Le Premier Ministre qui règne sur la forêt, par Miyake Issey

L'univers du Raku

Bouddhas en céramique : une fantaisie en plein-air

Poteries plurielles

L'atelier Futoan et le pavillon Ichiyatei, par Fujimori Terunobu

Les plaisirs de la caligraphie

Bambou et laque

Techniques céramiques

Catalogue - Notices des œuvres par l'artiste

Along the river. Ceramics by the Samurai Statesman Hosokawa Morihiro

Hosokawa Morihiro
Bol à thé en grès Shino, 2008. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

La particularité d'Hosokawa Morihiro est de présenter à la fois une vision traditionnelle du Chanoyu, en particulier à travers ses céramiques, ses Chashaku, ses Hanaire et certaines de ses calligraphies.

Hosokawa Morihiro
Lanterne en grès Shigaraki, 2009. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

Mais certaines autres de ces calligraphies sont également comme une porte d'entrée vers une vision plus moderne de la cérémonie du thé japonais, vision exacerbée dans le pavillon de thé Ichiyatei.

Ryokan Taigu ( 1751 - 1831 )
Calligraphie d'un poème du moine zen Ryokan Taigu ( 1751 - 1831 ), « Dans ma minuscule cabane isolée / Où, de la journée, nulle âme ne vient, / J'entends, solitaire à ma fenêtre, / Le bruissement des feuilles qui tombent », 2004. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

Le pavillon de thé Ichiyatei, réalisé par Fujimori Terunobu, est ainsi une vision d'un Chanoyu non figé et sclérosé. Descendant de Hosokawa Tadaoki ( 1563 - 1646 ), grand Daimyo ayant servi successivement  Oda Nobunaga, Hideyoshi Toyotomi et Ieyasu Tokugawa mais aussi maître de thé, Hosokawa Morihiro a voulu un pavillon différent du pavillon traditionnel. Du nom de Ichiyatei, c'est-à-dire "Le Pavillon d'un soir", ce Chashitsu a été conçu en moins de trois mois et monté à partir d'éléments mobiles en une demi-journée.

pavillon de thé de Hosokawa Morihiro
Pavillon Ichiyatei, 2004. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

Ainsi, ce pavillon de thé ne comprend pas les traditionnels Tokonoma, Tatamis au sol et Shoji garnis de papier, mais reste un espace de taille réduite, avec traditionnel le ro et l'entrée de type nijiri-guchi pour les invités. Nouveauté d'importance, les larges fenêtres laissent entrer la lumière dans un espace habituellement baigné par une certaine pénombre.

vase en bambou
Vase en bambou, 2007. Photographie © Comité d'organisation de l'exposition HOSOKAWA Morihiro / Futo Co. Ltd.

29 décembre 2015

Master Luo Pre-Qingming West Lake Long Jing "Postcard Teas"

Long Jing puits du dragon

Sorti des brouillons, voici un Long Jing de Postcard Teas vendu au prix de 33 £ les 20 grammes, soit 169,70 € les 100 grammes. En règle générale, les thés cueillis avant la fête de Qingming ( ou Qingmingjie ), soit le 4 avril pour le millésime concerné par cette revue, sont très recherchés, ce qui explique leurs prix élevés. Ce thé est originaire du village de Meijiawu, près de Hangzhou et de son fameux lac de l'Ouest, dans la province du Zhejiang.

blog de thé

blog sur le thé

blog sur le thé et la céramique

La liqueur est d'un beau jaune doré aux reflets pâles, bien translucide et rien ne vient troubler l'impression de qualité qui s'en dégage.

Master Luo Pre-Qingming West Lake Long Jing Postcard Teas

Au nez, ce sont les noisettes qui viennent tout de suite, avec une petite impression sucrée et fruitée très évanescente. En bouche, ce sont les noisettes fraîches qui dominent, suivies de noix peu marquées, le tout étant très aérien. Les impressions qui se dégagent sont stables d'un bout à l'autre mais très légères, tout en finesse, et la longueur en bouche est dans cette continuité.

Master Luo Pre-Qingming West Lake Long Jing Postcard Teas

L'infusion, qui est plutôt belle, est constituée de feuilles et de bourgeons seuls ainsi que d'un bourgeon accompagné d'une ou deux feuilles, même si ce sont les bourgeons accompagnés d'une feuille qui dominent la composition. Les feuilles sont bien entières mais surtout elles sont de très petite taille et les bourgeons sont très fins.

Blog de thé

Au final, voici un thé sans aucun doute d'excellente facture, très fin et très aérien. Ce thé risque néanmoins de décevoir ceux qui pourraient s'attendre à des arômes marqués et puissants mais c'est justement cette finesse qui fait tout son intérêt. Pour ce qui est du prix, le fait d'être un thé "couru" grève un peu son rapport qualité / prix et que l'on n'en fera assurément pas un thé quotidien, mais c'est sans aucun doute une expérience à faire, en partie pour voir ce que peut être un Long Jing parfaitement équilibré.

23 décembre 2015

Matcha Kumoi No Shiro

Blog sur le thé

Commercialisé par la Maison Sankyuen et déniché par Sébastien du blog Vacuithé, ce matcha affiche un prix de départ japon de 32,30 € les 200 grammes ce qui fait, tout frais compris à l'arrivée en France 43,83 € les 200 grammes, soit entre 16,15 € et 21,91 € les 100 grammes.

Living National Treasure

Comme toujours, une large plage horaire, c'est toujours l'occasion de sortir le matériel au complet ou presque car fonctionner à l’électricité à tout de même quelques avantages ... Chawan, Chashaku, Chasen, Hishaku, Futaoki, Furo et Kama ... plus un Chaire dans le cas présent car la boite métallique de 200 grammes c'est un peu énorme ...

thé et céramique

Ne reste plus à attendre que l'eau chauffe dans le petit Kama fabriqué par Takahashi Keiten ( 1920 - 2009 ) et qui contient précisément un litre d'eau ...

Chanoyu

Keiten Takahashi

Ne reste plus qu'à puiser l'eau chaude et à verser dans le chawan ... comme nous sommes maintenant entrés dans l'Hiver, le Tsutsu-chawan est de rigueur, ici dans le style Kuro Raku, réalisé par Sasaki Shoraku.

kuro raku tsutsu chawan

Ce matcha est plutôt doux, sans grande amertume et avec un petit côté iodé lorsqu'il est fortement dosé, ce qui en fait plutôt un bon candidat pour qui voudrait se lancer dans le Koicha. Plutôt agréable, il est égal du début à la fin.

blog thé

On a là un matcha de consommation courante qui ne dépasse pas en qualité les matcha Hatsumukashi, Hatsumukashi Bio, Enkou ou encore Uji Bio Premium. Par contre, il égale sans aucun doute le Seijo No Shiro ou le Matcha Uji, cela pour un prix presque dix fois moindre, et surclasse les autres matcha que j'ai pu boire jusqu'à présent. Son coût relativement modique lui confère par ailleurs un rapport qualité / prix sans égal, preuve qu'il est possible de boire un matcha de qualité, de façon quotidienne au vu du conditionnement et le tout sans engager des sommes considérables.

Furogama électrique

19 décembre 2015

Quatre ...

Fukurokuju

Et voilà venu le temps du billet cyclique, billet marronnier, billet bilan ... billet anniversaire ... Donc nous en sommes à 351 billets ainsi que 738 commentaires et 228431 "vues" ... merci à vous, d'autant plus que le sujet est au final assez confidentiel.

Palais du shogun

Naturellement, comme toujours, il suffit de jeter un œil sur la "Théothèque" pour voir que les brouillons en souffrance de compte-rendu de dégustation persistent à s'accumuler, en partie par manque de temps pour les mettre au propre et en partie parce qu'il y a des sujets plus prioritaires à mon sens ... donc je formule encore le vœu pieux, qui risque à force de devenir le running gag de cette page que, sans nul doute les brouillons en souffrance vont finir par se résorber ...

blog sur le thé

Quatre ans déjà que ce blog existe donc ... pas une longévité exceptionnelle s'il en est, mais au vu du nombre de concourants abordant plus ou moins le même centre d'intérêt qui sont apparus et ont disparus dans le même laps de temps, je m'étonne tout de même un peu selon les moments ... à d'autres, vu le nombre de créatures issues de la mythologie scandinaves qui peuplent la toile et le marketing mensonger et agressif de certaines enseignes, je m'étonne encore un peu plus, même si les vagues s'écrasent toujours au bas de la muraille. Je me dis également qu'il y a encore tellement de choses à faire et pas assez de temps libre pour tout mettre en œuvre ... mais chaque chose en son temps après tout. Ne reste donc qu'à se placer sous les bons hospices de celui qui ouvre cet article, à savoir Jurojin et/ou de Fukurokuju ( un petit malin, le peintre qui a réalisé cette œuvre ), celui-ci puisse-t-il me prêter un peu de sa longévité.

demysteafication